« Doctor Sleep », c’est culotté (et réussi)

39 ans après « Shining » (qui est donc sorti en 1980 pour ceux qui ont du mal avec les chiffres) du grand Stanley Kubrick, Danny Torrance est de retour dans « Doctor Sleep », un thriller fantastique signé Mike Flanagan et nouvelle adaptation du maître Stephen King (dont le roman en question est sorti en 2013). Une « suite » inattendue, un joli casting et une bande-annonce intrigante, mais alors que vaut ce projet qui paraît aussi fou que couillu ? Eh bien les copains, c’était peut-être fou et couillu, mais ça valait le coup.

Surpris. Je pense que c’est le bon mot pour qualifier ma réaction quand j’ai appris l’existence d’un tel projet. Impatient aussi honnêtement, il y avait de quoi en même temps. Et enfin, sceptique quant à la crédibilité et à la qualité d’un tel film, presque 40 ans après son aîné, le fameux « Shining » de papa Kubrick. Donc comme très certainement la plupart des cinéphiles, j’ai compté les jours en attendant le 30 octobre, puis j’ai filé dans le cinéma le plus proche de chez moi, intrigué comme rarement.

Et une fois le générique de fin et les portes de sortie de la salle passées, l’intrigue a laissé place au sourire et à la satisfaction. Oui, j’ai aimé ce thriller et je n’ai pas boudé mon plaisir devant ce dernier. Pour faire un tel film, je ne suis pas loin de penser qu’il faut soit être inconscient (faut le faire pour passer après le cultissime « Shining »), soit avoir de grosses baloches. Et Mike Flanagan fait partie de la deuxième catégorie.

Mais quelque part, j’aurai dû me douter que « Doctor Sleep » serait une réussite tant ce spécialiste de l’épouvante (« Pas un bruit », « Ne t’endors pas » ou encore « Ouija : les origines ») est un grand fan (depuis l’enfance) de Stephen King. D’ailleurs, niveau adaptation de ce dernier, il n’en était pas à son coup d’essai puisqu’il est le réalisateur de « Jessie », un film d’horreur psychologique sorti en 2017, et donc adaptation du roman éponyme de SK.

Et pour la petite anecdote, il est aussi le réalisateur de la série Netflix « The Haunting of Hill House », qui a reçu un très bel accueil (presse et spectateurs) lors de sa sortie. Bref, Mike Flanagan, ce n’est pas n’importe qui lorsqu’on cause épouvante et adaptation.

Pour en revenir à « Doctor Sleep », s’il est dans les faits une sorte de « suite » de « Shining », j’ai dû mal à comparer les deux, ce qui est à l’avantage du premier cité. D’un côté, nous avons l’aîné qui est un thriller d’épouvante, de l’autre le petit frère qui est un thriller fantastique. Si je vous écris cela, c’est pour pointer du doigt que si ces deux œuvres suivent les aventures d’un même protagoniste (Danny Torrance), elles sont pourtant différentes.

Quand « Shining » a pour méchant l’Overlook Hotel, personnifié en Jack Torrance, se déroule dans un seul et même lieu (l’hôtel) et comporte peu de personnages (3 personnages globalement), « Doctor Sleep » met en scène la redoutable Rose Claque et sa tribu du Nœud Vrai (une sacrée bande de lascars), fait voyager le spectateur à travers divers états nord-américains et contient plusieurs protagonistes (une petite dizaine, mine de rien).

Et honnêtement, ces différences sont, à mes yeux, une force de cette nouvelle adaptation. A mi-chemin entre continuité et rupture (avec le classique de Kubrick), « DS » s’est ainsi permis le luxe de se créer sa propre identité cinématographique. Et ça, c’est fort.

Du coup, alors que certains avaient peur qu’il « massacre » son glorieux aîné, ce thriller fantastique fait tout le contraire : il donne une certaine résonance à « Shining », notamment à travers de nombreuses symboliques liées à Danny (ses peurs qui trouvent leurs fondements dans les traumatismes de sa jeunesse) et l’hôtel. Faire du neuf avec d’anciens éléments, c’est le petit coup de génie de l’ami Flanagan.

Niveau acteurs, on a le droit à de vraies bonnes performances, avec Ewan McGregor (Danny) et Rebecca Ferguson (Rose Claque) en tête. Et dire que c’était la première fois que je les voyais tous les deux, honte à moi… A côté de ces derniers, la quasi-novice Kyliegh Curran (Abra Stone) apporte sa fraîcheur et son énergie. D’ailleurs, pour la petite anecdote, elle a été sélectionné parmi plus de 900 actrices pour ce rôle, le tout en envoyant (seulement) un enregistrement vidéo et en partageant une scène avec McGregor, scène dans laquelle elle mettra tous le monde dans sa poche. C’est certainement la jolie petite histoire de ce film, bien joué Kyliegh.

Et enfin, niveau réalisation, c’est du tout bon avec des effets spéciaux convaincants, une bande-originale en raccord avec l’ambiance globale du film, des « jump scares » efficaces et des effets visuels prenants. Je pense principalement à la scène du « voyage » de Rose qui est tout bonnement incroyable. Et j’ai aussi beaucoup aimé la présence (sonore) de battements de cœur tout au long du film, ça participe à la sensation d’une tension palpable qui prend à la gorge.

Finalement, le seul défaut que j’ai trouvé à ce film réside en sa première partie qui est un peu longue à mon goût. Cependant, j’ai du mal à lui en tenir rigueur tant je comprends (et partage) la volonté du réalisateur de prendre son temps pour développer ses personnages et son intrigue, presque 40 ans après « Shining ». On ne parle pas ici d’une suite classique, on parle des aventures de Danny Torrance près de 4 décennies plus tard, quand même. Donc je ne vais pas faire mon rabat-joie.

Enfin bref, si « Doctor Sleep » n’est certainement pas le film de l’année, il n’en reste pas moins un bon film, bien réalisé et qui a su se créer sa propre identité cinématographique, le tout en passant après le cultissime « Shining » du padre Kubrick, 39 ans plus tard. Ainsi, alors qu’il y avait certainement plus à perdre qu’à y gagner, Mike Flanagan et « DS » ont relevé, avec la manière, le défi d’adapter du Stephen King avec brio (avec la validation de ce dernier) et de poursuivre le travail d’un très grand nom du cinéma, ce qui est certainement le plus bel hommage qu’on puisse lui rendre. J’applaudis des deux mains et des deux pieds.

PS : si cet article vous a plu, n’hésitez pas à cliquer sur quelque publicités (histoire de me donner un petit coup de pouce financier) et à le partager, ce sont les meilleurs moyens de me soutenir.

PS 2 : n’hésitez pas non plus à faire un petit tour sur mon profil « uTip », en regardant seulement quelque publicités (et en ayant aussi la possibilité de faire des dons si vous le souhaitez), vous faîtes vivre le site ! La bise !

Clique ici pour partager l'article sur tes réseaux :

Share on facebook
Share on google
Share on twitter

Pour que tu puisses me donner ton avis :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour t'abonner et être averti de la sortie d'un article :

Nous garderons vos données privées et ne les partagerons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Pour ne louper aucune sortie, abonne toi !