Ma méthode d’entraînement : le « Functional Training »

C’est un secret de polichinelle : je souhaite un jour parler de sport sur ma chaîne YouTube. Cependant, je n’ai pas envie de faire ça n’importe comment, je veux amener cette thématique petit à petit, en douceur. Du coup, j’ai eu une idée : et si, pour commencer, je parlais un peu de ma méthode d’entraînement ? C’est parti sans plus attendre !

Depuis maintenant quelque mois, j’utilise une méthode d’entraînement un peu particulière (et peu connue) : le « functional training ». Mais qu’est-ce que c’est ? Eh bien c’est une « discipline sportive » qui repose sur 2 principes simples :

  • se référer en permanence aux gestes de notre quotidien
  • faire travailler les chaînes musculaires dans leur globalité

Et pour vous parler des vertus de cette technique d’entraînement, je vais un peu vous parler de moi et de mon parcours avec le « fitness » (installez-vous confortablement et je vous conseille de vous prendre un bon petit café/thé des familles) :

A 17 ans (j’en ai 22 actuellement), j’ai décidé de commencer la musculation. La raison ? J’étais poussé par la volonté de prendre du poids, car je venais tout juste de sortir de pépins de santé qui m’avaient fait perdre pas mal de kg. A l’époque, je pesais entre 54 et 56 kg pour 1m80 et des poussières. Autant tout de suite vous le dire, j’étais un peu une brindille : un coup de vent et je m’envolais limite.

Désolé pour la mauvaise qualité de la photo, c’est tout ce que j’avais sous la main !

J’ai donc entamé un cycle de musculation, et ça a fonctionné, au point que pendant mes plus belles prises de masse, je pesais autour des 82-84 kilos. Un beau bébé. Cependant, en plus de mes études de droit qui étaient pas mal prenantes, la lassitude a commencé petit à petit à s’installer. Ainsi, j’oscillais entre des phases où j’étais ultra impliqué à la salle et des phases où la démotivation était de mise. Pas top-top.

Puis est arrivé le début de l’été 2018. Les vacances, le grand soleil, un joli camping, un terrain de basket, puis une fracture au coude gauche (RIP ma tête radiale). C’est à peu près dans cet ordre là que ça s’est passé. Derrière, plus de 3 mois d’inactivité, une rééducation et une grosse prise de poids (près de 20 kg dans la gueule). Un méga gros bébé.

Que voulez-vous, j’ai toujours un peu trop aimé les pizzas… 😉

On arrive alors à fin octobre de la même année. Le poids sur la balance ? 97,5 kg pour 1m83-85. Honnêtement, j’étais pas fier du reflet que je voyais dans le miroir, mais alors pas du tout. Donc dès que j’ai eu l’autorisation du chirurgien et de la kiné, j’ai accouru à la salle de sport. Plusieurs séances de musculation par semaine et du cardio (beaucoup de cardio) au programme. Malheureusement, au bout de quelque semaines, j’étais déjà à plat. J’en ai tiré alors une conclusion : je n’aime plus la musculation, du moins plus la musculation « pure »…

J’ai donc fait quelque recherches pour trouver une alternative. Le crossfit ? Le risque de se blesser et de se foutre en l’air les articulations était trop important à mes yeux (d’autant plus pour un bonhomme comme moi qui revenait d’une belle fracture). Et puis le milieu de cette discipline est comment dire… assez particulier. Reprendre un sport en club ? J’ai un emploi du temps trop aléatoire pour me fixer des entraînements à des jours et heures précises, et je souhaitais garder une discipline qui me permettait de me muscler un minimum.

Et c’est alors qu’un soir, je suis tombé sur les comptes Instagram de Michael Vasquez et de Devon Lévesque, 2 influenceurs sportifs aux milliers (et même millions pour l’ami Vasquez) d’abonnés et qui pratiquent (et louent) le « functional training ». Et à partir de ce moment là, ce fut une révélation pour moi.

J’ai donc commencé à en faire autour du mois de février, pesant à cette époque entre 91 et 92 kg (donc je n’avais pas perdu beaucoup de poids avec la musculation et le cardio), et une chose m’a frappé : c’est clairement un sport qui s’adresse à tous le monde, quel que soit notre âge ou notre condition physique. Et au début, j’en menais pas large : je m’entraînais dans ma petite salle de sport, je finissais les séances sur les rotules, mais avec le sourire.

Et aujourd’hui, au moment où j’écris ces mots, nous avons passé la mi-juillet et voici les conclusions que j’en tire :

  • j’ai repris du plaisir à aller à la salle de sport (je n’y vais plus à reculons)
  • j’ai perdu du poids (la balance affichait 79kg ce matin, donc près de 13 kg de perdu juste avec cette méthode, et une diète adaptée bien entendu)
  • je suis devenu un athlète complet : force, endurance et explosivité
  • je suis devenu plus créatif, créant mes propres exercices et entraînements désormais
  • j’ai une meilleure récupération (moins de fatigue musculaire et nerveuse au quotidien)

Bref, c’est un bilan ultra positif que je tire de ces derniers mois. Par semaine, je m’entraîne 3 à 4 fois en « functional training » et pendant le reste du temps, j’en profite pour courir et faire un peu de basket. Donc comme vous le voyez, c’est aussi largement accessible aux personnes qui ont un emploi du temps bien fourni. Franchement, vous pouvez faire une bonne séance en l’espace de 45 minutes si vous gérez bien vos temps de repos. Donc pas de place aux excuses.

Et combiné à une bonne alimentation et à un bon sommeil, eh bien vous allez faire des miracles les copains, je vous l’assure. Tout en sachant que c’est une méthode d’entraînement qui requiert peu de matériel, donc vous pouvez aussi vous entraîner à la maison si besoin. La seule et véritable chose dont vous allez avoir besoin, c’est de votre créativité (imagination). Avec un peu d’investissement et de discipline, l’affaire sera alors dans la poche.

Et si jamais vous voulez voir à quoi ressemble un entraînement avec cette méthode, je vous invite à me suivre sur Instagram, je mets souvent des vidéos de mes trainings en story et j’ai créé une petite rubrique « A la une » si ça vous intéresse. Et pour mon alimentation, je mets souvent mes repas sur Snapchat (thomas.bigo), je vous attends donc sur ces 2 réseaux sociaux les copains. Bon sport à toutes et à tous !

PS : si cet article vous a plu, n’hésitez pas à cliquer sur quelque publicités (histoire de me donner un petit coup de pouce financier) et à le partager, ce sont les meilleurs moyens de me soutenir.

PS 2 : n’hésitez pas non plus à faire un petit tour sur mon profil « uTip », en regardant seulement quelque publicités (et en ayant aussi la possibilité de faire des dons si vous le souhaitez), vous faîtes vivre le site ! La bise !

Clique ici pour partager l'article sur tes réseaux :

Share on facebook
Share on google
Share on twitter

Pour que tu puisses me donner ton avis :

Une réponse sur “Ma méthode d’entraînement : le « Functional Training »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour t'abonner et être averti de la sortie d'un article :

Nous garderons vos données privées et ne les partagerons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Pour ne louper aucune sortie, abonne toi !