« Toy Story 4 », un chef-d’oeuvre d’animation

J’ai toujours entretenu un rapport particulier avec cette saga. Etant né en 1997, je peux clairement le dire : j’ai grandi au contact des « Toy Story ». Si je n’ai pas pu voir tout de suite le premier opus (celui-ci étant sorti 2 ans avant ma naissance, en 1995, à une période où mes parents n’en étaient pas encore au stade de ma conception), je me suis bien rattrapé par la suite avec le reste de la saga, à savoir le deuxième volet (1999), le troisième larron (2010) et le dernier film sorti cette année (2019). Quelque part, et je ne suis pas peu fier de le dire, j’ai été éduqué à coup de « Toy Story ».

Je me vois et me retrouve un peu en voyant ce petit bonhomme 😉

C’est pour cela que lorsque j’ai appris qu’un quatrième film avec mes jouets préférés verrait le jour en 2019, j’ai tout de suite été pris de joie. Toutefois, comme lors de l’annonce de l’arrivée d’un troisième opus en 2010, il y avait aussi un peu de scepticisme en arrière pensée. Pas beaucoup hein, mais un peu quand même. Peuvent-ils faire mieux ? Ne vont-ils pas faire le film de trop ? Vont-ils détruire ou, au contraire, réussir à sublimer la saga de mon enfance ?

Eh bien je suis super content de vous écrire qu’une fois le film visionné, ma petite part de scepticisme a laissé place à une plénitude de joie : oui, avec ce 4ème film, ils ont su sublimer cette saga, le tout en jouant avec mes émotions les copains.

Honnêtement, je n’ai pas honte de le dire : face au départ d’Andy dans « Toy Story 3 », j’ai eu quelque larmes qui ont coulé. J’avais seulement 13 ans à ce moment-là, c’est pas bien de jouer avec les sentiments d’un adolescent voyons ! Face à « Toy Story 4 », malgré mes 22 années au compteur, j’avais aussi très envie de pleurer. Mais voilà, il y avait ma petite amie et de la famille avec moi, donc bon, vous connaissez, j’avais une petite poussière dans l’oeil hein, rien de plus.

Et si j’ai eu cette fameuse petite poussière dans l’oeil, eh bien c’est que pour un jeune « adulte » comme moi (j’utilise des guillemets parce que j’ai toujours l’impression d’être un gosse et non un adulte hahaha), ce film fut un saut en enfance. Mais pas un saut en enfance accompagné de nostalgie avec le fameux « c’était mieux avant », non loin de là, juste un saut en enfance où joie et rire ont été au rendez-vous.

Et sincèrement, je crois qu’elle est là, la force de ce 4ème opus : ce dernier reprend les codes de ses ainés, tout en les remettant au goût du jour et en apportant une sensation de fraicheur, de nouveauté. Ce film ne se contente pas de surfer sur le succès et le prestige de ceux qui l’ont précédé, il se permet même de les dépasser. Oui, je le dis sans sourciller : « Toy Story 4 » est, à mes yeux et à mon humble avis, le meilleur des « Toy Story », se permettant même le luxe de dépasser le 3ème opus, qui était jusque là, mon préféré.

Cependant, j’ai mis quelque jours avant de m’en rendre compte, le temps pour moi de mettre mes idées au clair et dans l’ordre. Mais avec du recul, ce que j’ai ressenti pendant 1h40 devant ce film, je n’ai pas souvenir de l’avoir déjà ressenti, du moins pas de manière aussi intense.

Image associée

En général, je suis une personne qui analyse en profondeur, et de manière presque automatique, tous les films qu’elle voit. Ainsi, le visionnage d’un long-métrage s’accompagne toujours par une prise de recul et pas mal de rationalité. Mais pour ce film, c’était différent : j’étais juste un petit bonhomme lambda, assis à l’avant-dernier rang de la salle, dernière place à gauche, profitant du spectacle dans son fauteuil rouge, le tout sans aucune forme de recul ou de rationalité.

Donc clairement, j’ai envie de dire : « merci Pixar, merci ». Bon pas trop merci pour la fin du film où la charge émotionnelle était si intense que j’étais accroché à mon siège, mais merci pour ce formidable moment en famille que j’ai pu vivre. Grâce à toi Pixar, je suis rentré à la maison avec le sourire. Grâce à toi Pixar, j’ai aujourd’hui plus de 2 décennies de souvenirs, des souvenirs impérissables que j’espère pouvoir, un jour, partager à, et avec mes futurs enfants. Parce que oui, eux aussi seront éduqués à coup de « Toy Story », ça va devenir une tradition familiale. Bon eh bien je pense avoir tout dit sur ce film, il est temps de conclure cet article et d’enlever cette fameuse poussière dans l’oeil que j’ai eu en écrivant ces lignes. Ahlala, foutue poussière dans l’oeil hein.

PS : et pour ceux qui n’ont pas encore vu ce film, vous attendez quoi en fait ? Filez le voir !

PS 2 : si cet article vous a plu, n’hésitez pas à cliquer sur quelque publicités (histoire de me donner un petit coup de pouce financier) et à le partager, ce sont les meilleurs moyens de me soutenir.

PS 3 : n’hésitez pas non plus à faire un petit tour sur mon profil « uTip », en regardant seulement quelque publicités (et en ayant aussi la possibilité de faire des dons si vous le souhaitez), vous faîtes vivre le site ! La bise !

Clique ici pour partager l'article sur tes réseaux :

Share on facebook
Share on google
Share on twitter

Pour que tu puisses me donner ton avis :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour t'abonner et être averti de la sortie d'un article :

Nous garderons vos données privées et ne les partagerons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Pour ne louper aucune sortie, abonne toi !